Comment et pourquoi as-tu commencé à faire du théâtre ?

En classe de CM2, j’ai écris un sketch à jouer pour la classe des CP et quand je l’ai joué, toute la classe a rigolé. J’ai adoré ce moment, faire rire, donner du bonheur aux gens, jouer et m’amuser. C’est là que j’ai su que c’est ce métier que je souhaitais faire.

Est-ce que tu te souviens de ton premier cours ?

 J’étais très timide et introvertie quand j’ai pris mon premier cours de théâtre. J’étais morte de peur, j’avais la boule au ventre, peur d’être ridicule. Mais tout s’est bien passé. Les autres membres de la troupe – qui se connaissaient – m’ont prit sous leurs ailes et je me suis beaucoup amusée. 

Qu’est-ce que tu as ressenti la première fois que tu es monté sur scène devant un public ?

J’ai posé les pieds sur les planches, j’avais la lumière des projecteurs dans les yeux, la boule au ventre, la sensation de ne plus savoir mon texte et d’un coup… c’est comme si le monde s’était arrêté de tourner. Le texte est sorti tout seul, j’ai joué, je me suis amusée et j’ai profité.

Le meilleur/pire souvenir sur scène ?

Un spectacle que je devais jouer en playback, en plein hiver, dehors dans le froid. Conditions difficiles mais j’ai beaucoup appris.

 

Et un souvenir de prof?

Un de mes élèves avait du mal à exprimer ses émotions, notamment la colère.

A force de travailler avec plusieurs techniques, il a finit par lâcher prise, il s’est mit en colère et a même pleuré. C’était sa colère à lui. Sans surjouer, sans cliché. Juste dans le vrai. C’était magique.

As-tu des petites habitudes avant de monter sur scène ?

 Des exercices de respirations, d’ancrage et bouger mon corps en sautant sur place pour faire le plein d’énergie !

Quel est l’esprit que tu essaies d’insuffler dans tes cours ?

J’aime que mes cours se passent dans une ambiance bienveillante, dans lequel on peut lâcher prise, oser, explorer. J’aime dire à mes élèves qu’ils doivent laisser leur cerveau en dehors de la salle et qu’ils doivent se voir comme des enfants de cinq ans, qui laissent libre cours à leur imagination sans se soucier du regard des autres.

 

Portrait presque chinois :

Si tu étais un personnage de fiction ?

J’adore Miranda Hobbes dans Sex And The City. Un personnage sarcastique au grand cœur.

 

Si tu étais une réplique de cinéma ou de théâtre ?

« Ce n’est pas la destination qui importe mais le chemin », Peaceful warrior, 2006,

Si tu étais un super pouvoir ?

Guérir par le toucher.

Si tu étais un gros mot ?

Bordel de m*rde !

Si tu étais un plaisir ?

 La gourmandise

Si tu devais choisir trois personnalités avec qui jouer sur scène ?

Jean-Pierre Bacri, pour son côté ours mal léché
Guillaume de Tonquedec, pour son côté ultra gentil
Jérémy Ferrari, pour son humour noir
Et oui, trois hommes !

 

*Merci à Anne d’avoir joué le jeu de notre questionnaire et à Pauline sa créatrice !